Permis minier en Pays de Lorient : l’opacité qui dérange

23 avril 2024
Permis minier en Pays de Lorient : l’opacité qui dérange

Eau & Rivières de Bretagne a repéré la publication de l’annonce de mise en concurrence par la Préfecture en janvier 2024. Nous avons demandé communication du dossier, la préfecture n'a, à ce jour, pas répondu.

 

Qu’a fait Eau & Rivières de Bretagne jusqu’à présent ?

  • 16 janvier 2024, nous avons adressé un courrier à la préfecture 56 de demande communication du dossier de mise en concurrence relatif à la demande de permis "Epona" tel que publié au JORF (Journal Officiel de la République Française) n°0007 du 10 janvier 2024 (Texte n° 90)

  • 13 mars 2024, sans réponse de la préfecture, nous avons saisi la CADA (Commission d'Accès aux Documents Administratifs). Leur avis sera prochainement rendu.

  • Suite à la communication presse de la préfecture, les bénévoles ont conduits des échanges importants en réunion départementale du 08/04/2024 aboutissant à la constitution d'un groupe de travail permis minier pays de Lorient.

 

Localisation du PERM attribué sur les communes de Nostang, Kervignac, Hennebont et Languidic

Le secteur visé par le PERM est de 50 km². Il est situé sur un territoire dont la géologie est singulière : une poche de roches altérées (formations résiduelles – arènes- dérivées des roches granitiques. Encore en-dessous : c’est le batholite de Carnac (pluton allochtone qui se forme lorsque le magma est piégé et refroidit à l'intérieur de l'écorce terrestre ).

 

Est-ce ce secteur est un bon potentiel minier ?

Comme on ne sait pas ce qu’il y a dessous, il y a de l’inconnu et c’est cela qui attise les convoitises des explorateurs miniers. Mais cette incertitude ne présage en rien la productivités du gisement.

 

Les communes concernées

La préfecture du Morbihan a annoncé, samedi 6 avril 2024, que la société Breizh Ressources a déposé une demande de permis exclusif de recherche (PERM) portant sur différentes ressources minérales sur le territoire des communes d’Hennebont, Kervignac, Languidic et Nostang.

Il a été fait présentation de cette demande aux maires des quatre communes le 22 février, puis aux conseillers municipaux le 06 avril. Nous nous demandons quels sont les contenus de ces échanges. Les élus sont-ils sur leur réserve, approuvent-ils ce projet sur leur territoire ?

 

Cette activité est-elle un atout pour la prospérité des communes ?

A ce stade nous ne savons rien des redevances : leur ont-elles été présenté ? À quelle hauteur ? Quel a été le contenu du discours de la préfecture lors de ces deux interventions ?

Eau & Rivières de Bretagne rappelle que les PERM de Variscan ont été contestés par les collectivités territoriales par délibération en 2017, dont Lorient Agglomération

 

Histoire et modèle de société

Les gisements sont exploités en Bretagne depuis le Néolithique, la présence de métaux a permis le développement des civilisations. Depuis -2000 ans avec J.C., les archéologues ont démontré que les extractions minières étaient faites par les populations humaines. Cependant, ces extractions ont été réalisées peu profondément sur des gisements certainement plus denses.

Les sites miniers en Bretagne sont situés sur les communes de Berrien et Ploemeur (environ 1 km² chacun) pour les kaolins et Glomel (260 ha) pour l’Andalousite. Les modes d’extraction de ces matériaux sont les mêmes que ceux d’une mine.

 

Si aujourd’hui, on creuse pour combler nos besoins en minerais, pourquoi s’en priver sur notre territoire ?

Aujourd’hui, nous creusons toujours plus profondément et les gisements sont de moins en moins denses donc plus énergivores et les besoins en eau ont également augmenté.

La Bretagne est aujourd’hui un territoire de plus en plus en tension pour ce qui est de sa ressource en eau, tous les développements ne pourront pas être satisfaits. L’industrie agro-alimentaires, fortement dépendante de la ressource en eau ex : ZAC de Kervignac), l’agriculture et son cheptel d’élevage est aussi fortement dépendante de la ressource en eau et enfin, les habitants et les touristes ont également un besoin en eau vital. Il faut donc faire des choix ! Actuellement, les bassins versants étudient la disponibilité de la ressource en eau (études HMUC sur SAGE Blavet et SAGE Golfe du Morbihan Ria d’Etel) et la préfecture 56 a signé son arrêté cadre sécheresse pour la première fois en 2022. Ce qui montre à quel point la ressource en eau en Bretagne Sud se raréfie et présente un frein inéluctable à nos développements.

 

Ne serions-nous pas égoïstes et NIMBYistes à nous opposer aux mines en pays de Lorient tout en utilisant des voitures et téléphones portables et en laissant prospérer les mines dans d’autres pays ?

Au-delà de la question des mines en Bretagne, l’extraction de minerai pose la question de nos modes de vie : Eau & Rivières milite pour une société sobre dans ses modes de consommation et soutenables par-rapport au fait que notre planète est finie : ses ressources ne sont pas infinies et chaque année nos consommations font que nous tapons toujours un peu plus tôt dans la caisse. Le cycle de régénération des ressources est plus long que nos vitesses de leur exploitation : eau, forêt, poissons, pétrole, gaz, minerais.

Notre association milite donc pour la sobriété. Nous considérons que c’est une erreur d’exporter notre modèle de société et que notre avenir est dans la sobriété (elle sera choisie ou contrainte…). Cette question nous permet de rappeler que les activités minières qui ont lieu dans d’autres pays (Afrique, Amérique du Sud, Inde, Australie) détruisent les modes de vie des populations locales.

 

Oui, mais les minerais sont nécessaires pour la transition énergétique, pourquoi s’opposer alors à cette démarche « verte » ?

Nous pensons que la transition énergétique est pour le moment un doux rêve, nous n’avons jamais autant extrait de charbon que sur les dernières années dans le monde, donc, pour le moment, nous ne faisons qu’empiler les sources de production d’énergie.

Il serait grand temps de développer les méthodes de recyclage des matières matières, en particulier pour l’or (nos bijoux, le stock dans les établissements bancaires), le lithium.... Nous en avons plein les objets de notre quotidien, l’économie circulaire est primordiale pour l’avènement d’une société sobre.

 

Il n'y a pas de mines propres, ni d'après-mines heureux...

 

Pour aller plus loin

Agenda

l m m j v s d
 
 
 
 
 
1
 
2
 
3
 
4
 
5
 
6
 
7
 
8
 
9
 
10
 
11
 
12
 
13
 
14
 
15
 
16
 
17
 
18
 
19
 
20
 
21
 
22
 
23
 
24
 
25
 
26
 
27
 
28
 
29
 
30