Une zone humide, c’est quoi ?

15 mars 2017
Une zone humide, c’est quoi ?

Les zones humides, entre terre et eau :

Une zone humide est un espace de transition entre la terre et l’eau, où l’eau, qu’elle soit douce, salée ou saumâtre, en est le facteur déterminant, tant pour le fonctionnement de ces zones naturelles que pour la vie animale et végétale. Les zones humides couvrent 6 % du territoire mondial, en Bretagne ce chiffre est plus élevé, comme par exemple en Finistère, ou elles représentent 10 % de la superficie départementale bien qu'elle beaucoup diminuée ces dernières années. Cette proportion peut varier de façon importante en fonction de la nature du sous-sol, du relief et de l’histoire des pratiques qui ont pu les dégrader ou les supprimer (remblaiement, urbanisation, drainage…). De plus, les zones humides figurent parmi les écosystèmes les plus riches de notre planète. Le terme de zones humides s‘applique à des milieux diversifiés, dont les caractéristiques principales sont la présence d’eau au moins une partie de l’année, de sols saturés en eau (hydromorphes) et d’une végétation de type hygrophile, adaptée à ces sols ou à la submersion. Le code de l’environnement à l’art L211-1  définit les zones humides comme «les terrains, exploités ou non, habituellement inondés ou gorgés d’eau douce, salée ou saumâtre de façon permanente ou temporaire ; la végétation, quand elle existe, y est dominée par des plantes hygrophiles pendant au moins une partie de l’année».

 

Un milieu menacé….

Considérée à une époque comme des lieux inutiles, voire malsains, bien des zones humides ont été dégradées ou détruites (drainage, remblais...), que ce soit dans le cadre de politiques publiques ou d’initiatives privées. De fait, au cours du dernier siècle, on a assisté à la disparition de 67 % de leur surface sous la conjonction de nombreux facteurs dont tout particulièrement:

  • l’intensification des pratiques agricoles

  • les aménagements hydrauliques inadaptés

  • et la pression de l’urbanisation et des infrastructures de transport.

 

...Mais d’une richesse incomparable

 

..pour la biodiversité

Les zones humides présentent un intérêt écologique indéniable pour la préservation de la biodiversité. Ainsi, si elles couvrent une surface limité du territoire, 50% des espèces d'oiseaux et 30% des espèces végétales remarquables et menacées en dépendent. Ce sont des écosystèmes qui constituent refuges, habitats, lieux de reproduction pour de nombreuses espèces animales et végétales. Pour les oiseaux, elles sont aussi un formidable garde-manger et une halte migratoire de premier choix. La vie dans les zones humides nécessite des adaptations pour les espèces vivantes s’y développant. Les tourbières en sont l’illustration parfaite ; milieux froids, gorgés d’eau, où la matière organique mal dégradée est peu utilisable par les végétaux, elles sont par exemple le siège d’adaptations originales comme celles de la droséra, petite plante qui, pour trouver les éléments nécessaires à sa croissance, a choisi de devenir carnivore. Les zones humides sont ainsi indispensables à une faune et une flore abondantes et parfois originales voire rares.

 

....des éponges naturelles

Elles interviennent dans la régulation des débits : agissant plus ou moins comme des éponges, elles contribuent l’hiver à la diminution des crues et en périodes sèches constituent une réserve d’eau pour la recharge des nappes et cours d’eau. Ce rôle est à associer à celui du bocage et en particulier au fonctionnement des talus ceinturant les zones humides.

 

.pour l'épuration de la ressource en eau

Les zones humides riveraines des cours d’eau participent à la protection de la qualité de l’eau des rivières en agissant comme des zones tampons ou “épuratrices” vis-à-vis des flux provenant des plateaux et versants. Les zones humides ont de ce fait des fonctions de régulation de la quantité et de la qualité de l'eau sur un bassin versant. La richesse bactérienne des zones humides remplie la fonction de dénitrification, de déphosphatation, de rétention des toxiques et d'interception des matières en suspension. Ces fonctions profitent à de nombreux usages et permettent d’éviter des coûts souvent très importants.

 

pour l’homme

Les zones humides sont aussi un support éventuel d'activités économiques. Elles assurent notamment des services d’approvisionnement pour l’agriculture (pâturage, fauche), la pisciculture, la chasse et la pêche. Enfin, les zones humides ont aussi une valeur sociale et récréative (loisirs) ainsi que culturelle et paysagère (patrimoine culturel, identité locale). Tous ces services rendus par les zones humides ont donc une valeur économique importante qui est pourtant souvent sous estimée.

 

Pour allez plus loin :