Loi agriculture et alimentation : entre faiblesse et manque de courage [31/05/2018]

Loi agriculture et alimentation : entre faiblesse et manque de courage [31/05/2018]

Suite aux Etats Généraux de l'Alimentation (EGA), le projet de Loi sur l'Alimentation et l'Agriculture était discuté par les députés à l'Assemblée Nationale ces derniers jours. Résultat : un texte décevant à tout point de vue ! Les organisations membres de la Plateforme citoyenne pour une transition agricole et alimentaire dénoncent "la poudre de perlimpinpin" !

 

Malgré l'implication de nombreux acteurs pendant les EGA, malgré les promesses présidentielles, malgré l'urgence sociale, sanitaire et environnementale, le compte n'y est pas ! Le projet, qui doit encore passer par le Sénat et revenir à l'Assemblée, ne prévoit rien de satisfaisant pour améliorer la situation des paysans : garanti de revenus, équilibre des contrats, concentration des centrales d'achat... Il ne garantira pas non plus une vraie "alimentation saine et durable" de la population : malgré un étiquettage intéressant et l'interdiction du dioxyde de titane, les dispositions sur la restauration collective ne sont pas suffisamment abouties (pas d'introduction de protéines végétales notamment). Et enfin, ce projet ne protégera toujours pas notre environnement, puisqu'il ne s'attaque pas au fléau des pesticides !

 

Les 50 organisations membres de la Plateforme citoyenne, dont Eau & Rivières de Bretagne, ont dénoncé la faiblesse du texte adopté par les députés qui n'ont fait que suivre l'avis du gouvernement. Lire le communiqué "Projet de loi agriculture et alimentation : poudre de perlimpinpin !".

 

Sur le sujet des pesticides en particulier, les organisations dénoncent la trahison du gouvernement sur le Gyphosate. Leurs demandes, auxquelles nous souscrivont à 100%, :

- aux sénateurs, de protéger la santé de citoyens et l’environnement, en déposant de nouveaux amendements pour interdire définitivement le glyphosate en France au plus tard dans trois ans ;

- au Ministère de l’Agriculture et au Gouvernement, d’être cohérent avec l’engagement d’Emmanuel Macron et de soutenir ou a minima de ne pas s’opposer à un amendement en ce sens ;

- au Président de la République, de rappeler avec fermeté son engagement de sortie du glyphosate et demander au gouvernement de prendre les mesures nécessaires pour l’interdire au plus tard dans trois ans.

 

Une pétition est en ligne pour interpeller nos élus décideurs, qui ne semblent toujours pas décidés à protéger la population et l'environnement ! Participer à la pétition Stop Glyphosate.

Agenda

l m m j v s d
 
 
 
 
 
1
 
2
 
3
 
4
 
5
 
6
 
7
 
8
 
9
 
10
 
11
 
12
 
13
 
14
 
15
 
16
 
17
 
18
 
19
 
20
 
21
 
22
 
23
 
24
 
25
 
26
 
27
 
28
 
29
 
30
 
31