Le phosphore en Bretagne

Le phosphore en Bretagne

Il existe deux principales sources d'apports de phosphore : l'agriculture, et les effluents urbains et industriels.

 

Pour l'agriculture, l'étude de la DRAF Bretagne publiée en 2012 (« enquête régionale sur les pratiques agricoles dans les BV de Bretagne) donne les chiffres suivants :

 

  • production des élevages 121 681 tonnes

  • engrais minéraux : 12 703 tonnes

 

Ces quantités de phosphore sont épandues sur les sols pour fertiliser les cultures, et une partie (35 501) est traitée ou exportée en dehors de la région. Sachant que les besoins des cultures sont estimés à 92 474 tonnes, il demeure un excédent épandu sur les sols de 14 985 tonnes

Les effluents urbains et industriels représentent un flux de 3500 tonnes : on estime que chaque personne rejette 3,5 g de P par jour : 1,2 g provient des excréments et le reste surtout des lessives (malgré une baisse de moitié en 15 ans de la concentration moyenne de phosphate des lessives, la France reste « leader » européen en la matière). Ces flux peuvent être traités par les stations d’épuration :

 

  1. à l’aide d’un procédé de déphosphatation physico-chimique par l’ajout de sels de fer, d’aluminium, ou de chaux,

  2. par un procédé biologique, en renforçant la capacité d’absorption du P des bactéries par des alternances de phases aérobies et anaérobies. Le phosphore est ensuite apporté au sol par épandage des boues résiduaires sur des terres agricoles. Il contribue actuellement pour 1 à 2 % à l’apport total (1 000 à 1 500 tonnes par an). Notons que les possibilités d’épandage des boues physico-chimiques sont limitées, car elles sont chargées en sels métalliques. Les stations d’épuration ne sont pourtant pas toutes équipées de tels procédés, et les eaux urbaines sont à l’origine de 20 à 40 % des rejets de P dans les eaux bretonnes. En effet, si la part de phosphore d’origine urbaine dans les flux est très faible, elle contribue encore significativement à la pollution des milieux aquatiques parce qu’elle est directement rejetée dans les rivières.

Pour aller plus loin consulter le portail Bretagne environnement

Pour suivre l'évolution des pressions en Phosphore en Bretagne