Eau et Rivières de Bretagne n'est pas une association malveillante

Eau et Rivières de Bretagne n'est pas une association malveillante

Le tribunal administratif de Rennes a donné raison à Eau et Rivières de Bretagne concernant les travaux de la déviation de Locminé, dans le Morbihan. Cette décision n'est pas au goût de François Goulard, président du conseil départemental, qui qualifie Eau et Rivières d'association "malveillante". Notre réaction.

 

Le 4 juillet, le tribunal administratif, saisi par Eau et Rivières de Bretagne, a annulé l’arrêté préfectoral complémentaire à l’arrêté initial autorisant les travaux de la déviation de Locminé. Une enquête publique, complétée par une étude d’impact ainsi que l’avis de la commission locale de l’eau sont exigés par la loi. Ces éléments auraient démontré que de nombreuses zones humides et cours d’eau auraient été détruits par des travaux importants.

 

En réaction à cette décision du tribunal, François Goulard , président du conseil départemental du Morbihan, s’est exprimé par voie de presse les 12 et 13 juillet : « Le contretemps malheureux illustre aussi la difficulté, dans notre pays, de mener à bien des grands projets, dont la nécessité est incontestable, en raison de l’accumulation des textes et de la complexité des procédures au sein desquelles les tribunaux trouvent fréquemment des failles susceptibles d’en provoquer l’annulation, dès lors qu’ils sont saisis par des associations malveillantes. »

 

"Cet adjectif nous a profondément heurté"

 

Non, Eau et Rivières de Bretagne n’est pas une association malveillante ! « Cet adjectif nous a profondément heurté, nous qui luttons pour la protection de l’environnement et l’intérêt commun depuis cinquante ans. Nous sommes également en colère car ce contretemps incombe bien au département et non à Eau et Rivières de Bretagne », réagit Alain Bonnec, président d’Eau et Rivières de Bretagne.

 

Eau et Rivières de Bretagne se bat pour faire avancer le droit de l’environnement

 

« Depuis cinquante ans, Eau et Rivières de Bretagne se bat, dans l’intérêt public, pour faire avancer le droit de l’environnement et pour le faire appliquer. Si la loi avait été respectée dans le cadre des travaux de la déviation de Locminé, notre association n’aurait pas eu à saisir la justice. Le temps perdu aujourd’hui est celui que les élus ont souhaité s’économiser en 2016. »

 

« Eau et Rivières de Bretagne regrette ce fâcheux retard, ne renie pas l’intérêt de ce projet et n’est évidemment pas opposé à la sécurisation des routes et à l’amélioration de la sécurité routière. »

 

« Notre association regrette également que l’argent dépensé pour financer ce retard soit celui du contribuable.»

 

Dans une volonté de dialogue, qui fait l’ADN de l’association, un courrier est envoyé ce jour à M. Goulard ainsi qu’à M. Super, maire de Locminé. « Nous les invitons, à l’avenir, à nous consulter, afin de mener à bien leurs « grands projets ». »

Le préfet du Morbihan sera également récipiendaire de ce courrier.

Lire ici le courrier envoyé à MM. Goulard et Super.

 

Pour soutenir notre action en faveur du respect du droit de l'environnement, faites nous un don !

 

Propulsé par HelloAsso

Agenda

l m m j v s d
 
 
 
1
 
2
 
3
 
4
 
5
 
6
 
7
 
8
 
9
 
10
 
11
 
12
 
13
 
14
 
15
 
16
 
17
 
18
 
19
 
20
 
21
 
22
 
23
 
24
 
25
 
26
 
27
 
28
 
29
 
30
 
31