Une stratégie décevante pour protéger notre eau potable

28 janvier 2021
Une stratégie décevante pour protéger notre eau potable

 

Comment mieux protéger l’eau que nous buvons ? L’État a lancé une nouvelle stratégie, qui n’est pas satisfaisante. Découvrez notre avis.


Pour nous fournir en eau potable, en Bretagne, nous puisons à 75% dans nos eaux superficielles, très vulnérables aux pollutions d’origine agricole, domestique ou industrielle. Nos eaux souterraines, généralement peu profondes et interconnectées avec les eaux superficielles, quoique moins directement exposées aux polluants, sont également sensibles aux phénomènes de pollutions diffuses.

 

« 117 points de captage sensibles aux pollutions diffuses »
 

Sur 700 captages, 177 d’entre eux sont aujourd’hui identifiés comme présentent une sensibilité aux pollutions diffuses. Face à cette vulnérabilité, la Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement (Dreal), a relancé une mobilisation régionale pour affiner une stratégie, qui devrait être mise en œuvre dès février 2021.

 

Une stratégie régionale décevante

Sollicitée par la Dreal pour participer à la consultation publique, Eau et Rivières s’interroge sur la méthode.

Seuls 56 captages sont aujourd’hui considérés comme stratégiques et seulement un tiers d’entre eux ont fait l’objet d’une délimitation de l’aire d’alimentation de captage (AAC), contre 50 % au niveau national. Les 700 points de captage auraient du être concernés par cette stratégie.

Plus grave encore : parmi eux, quatre points n'ont toujours pas de périmètre de protection de captage défini par un arrêté préfectoral de déclaration d’utilité publique (DUP) ! Les raisons de cet échec auraient du être détaillés.


 

Nos propositions pour une stratégie d’ambition

Cette stratégie régionale manque cruellement d’ambitions et de critères de suivi suffisamment sérieux pour répondre aux enjeux de la protection de la ressource en eau potable. Pour Eau & Rivières de Bretagne une stratégie régionale ambitieuse devrait donc :

  • Inclure l’ensemble des captages dans cette stratégie régionale ;

  • Fixer comme objectif qu’à l’horizon 2025, l’ensemble des captages disposent d’une protection efficiente ;

  • Faciliter la prospection et mise en œuvre de nouveaux forages et de nouvelles prises au fil de l’eau et rouvrir les captages abandonnés ;

  • Développer les démarches types bassin-versant sans pesticides (exemple : demande d’expérimentation des associations sur la Chèze-Canut) ;

  • Développer les mesures réglementaires type ZSCE, tout en y associant des actions volontaires positives et en valorisant les efforts des agriculteurs sur ces territoires spécifiques. Et en aucun cas les engagements locaux et/ou expérimentaux ne doivent permettre de déroger aux mesures réglementaires ;

  • Les Commissions locale de l’eau des Sage doivent être associées et consultées sur l’ensemble de ces projets ;

  • Associer l’ensemble des usagers et tout particulièrement les associations de l’environnement et des consommateurs aux différents comités de pilotage ;

  • Donner les moyens (financiers et réglementaires) aux collectivités pour protéger efficacement la totalité de la surface des aires d’alimentation de captages (ex : faciliter la préemption sur Les périmètres de points de captages, financement renforcé pour soutenir la transition vers une agriculture durable et bio…).


 

Aller plus loin

Pour en savoir plus consulter l’avis complet d’Eau & Rivières de Bretagne

 

Accès au projet de stratégie régional + document technique

 

Envie d'en savoir plus sur la protection des captages ? Participez à notre formation

 

JT_PPC_02.03.21.png

 

Découvrir notre programme de formation

Agenda

l m m j v s d
 
 
 
1
 
2
 
3
 
4
 
5
 
6
 
7
 
8
 
9
 
10
 
11
 
12
 
13
 
14
 
15
 
16
 
17
 
18
 
19
 
20
 
21
 
22
 
23
 
24
 
25
 
26
 
27
 
28
 
29
 
30