Opération "Stop champs orange" : 400 signalements en un mois

Opération

Le contexte

La réglementation encadrant l’usage des pesticides pour les particuliers et les collectivités a évolué. Si le plan Écophyto est un échec, il aura permis de démontrer, une nouvelle fois, qu’une évolution des pratiques agricoles vers des systèmes plus économes en pesticides était possible et rentable. Chaque jour, d’autres types d’agriculture montrent que le recours aux pesticides n’est pas indispensable: agriculture biologique, agriculture biodynamique…

 

Face à la pollution généralisée de nos cours d’eau par les pesticides et notamment par les herbicides, notre association a proposé le 28 mars 2019 aux citoyens bretons de déposer en ligne sur le site Sentinelles de la nature des clichés de champs désherbés chimiquement.

 

Cette pratique témoigne d’une utilisation évitable, des désherbants totaux par un certain nombre d’agriculteurs. Ces hectares de végétation détruites heurtent une grande partie de la population qui n’a plus accès à ces produits et doit les subir en tant que riverain.

 

L'opération

L’opération "Stop champs orange" devait se dérouler du 28 mars au 15 avril 2019. Néanmoins, des signalements nous parvenant encore de façon régulière après le 15 avril, nous avons choisi de les prendre en compte pour notre bilan. Notre décompte s’est arrêté au 30 avril.

 

200 personnes ont créé un compte sur le site Sentinelles de la nature pour y déposer un ou plusieurs clichés. Au total, près de 400 signalements de champs jaunis par les désherbants nous ont été remontés.

 

Liste des champs orange signalés entre le 28 mars et le 15 avril 2019, sur le site Sentinelles de la nature, en Bretagne administrative

carte alertes champs orangeok.jpg

 

Nos demandes

 

Des moyens financiers conséquents ont été alloués depuis presque trente ans en Bretagne pour la sensibilisation des particuliers et des collectivités aux dangers des pesticides et à la connaissance de leurs alternatives. Les professionnels de l’agriculture ont aussi été destinataires de ces actions.

Les actions volontaires et la sensibilisation sont indispensables pour éveiller les consciences et impulser les changements, mais elles montrent tôt ou tard leurs limites.

 

Pour Eau & Rivières de Bretagne, il est indispensable et urgent d’interdire tous les pesticides de synthèse. Chaque jour, notre association tente de faire aboutir cette interdiction.

 

En s’appuyant sur la protection des milieux et de notre ressource en eau, plusieurs mesures urgentes doivent être prises afin de réduire fortement l’exposition des populations à ces poisons.

Notre association demande des mesures immédiates :

  • Pour réduire la contamination des eaux superficielles par les herbicides, nous demandons :

    • L’interdiction de toute application de désherbant total sur les parcelles agricoles, quelle que soit la culture présente, précédente ou à venir ;

    • L’interdiction de toute application de pesticides sur les zones humides.

  • Pour limiter l’exposition des riverains aux pesticides et protéger les milieux naturels :

    • L'interdiction de toute application de pesticides sur une bande de 150 mètres autour des habitations ;

    • L’interdiction de toute application de pesticides sur les talus ;

    • L’interdiction de toute application de pesticides en périphérie des parcelles afin de préserver la faune et la flore présente (zones non-cultivées adjacentes) et en assurer le contrôle.

 

La Bretagne a été une région pionnière en 2005 en interdisant l’application des pesticides sur les fossés et les points d’eau. Un maire a récemment montré la voie en décidant pour protéger ses administrés d’interdire les épandages des pesticides à proximité de toutes les habitations. Les possibilités d’interventions des services de l’État et des collectivités sont nombreuses.

 

Nous ne doutons pas que notre Préfète de région fera preuve de clairvoyance. Nous nous sommes certains qu’elle lui intimera l’impérieuse nécessité de protéger la santé des bretons et leur patrimoine naturel par tous les moyens dont elle dispose.

 

Lire le courrier de notre association à la Préfète de la Région Bretagne.

 

Nous comptons sur vous pour la suite !

Eau et Rivières de Bretagne est l'opérateur régional de Sentinelles de la nature. Ce sont les salariés de l'association qui recensent et traitent les alertes. Pour faire ce travail, nous avons donc besoin de nous. Aidez le site et l'application à perdurer, faites un don !

 

Agenda

l m m j v s d
 
 
 
1
 
2
 
3
 
4
 
5
 
6
 
7
 
8
 
9
 
10
 
11
 
12
 
13
 
14
 
15
 
16
 
17
 
18
 
19
 
20
 
21
 
22
 
23
 
24
 
25
 
26
 
27
 
28
 
29
 
30
 
31