Groupe Jeunes Pays de Brest - Incroyable Zone Humide

14 janvier 2020
Groupe Jeunes Pays de Brest - Incroyable Zone Humide

Prochain rendez-vous Incroyable zone humide à Sainte-Anne :

 

Samedi 1er février - à l'occasion de la Journée Mondiale des Zones Humides :

RDV à 10h pour un chantier ouvert à tous. Venez de préférence avec des bottes, des vêtements adaptés et des gants de jardinage. 

RDV à 14h pour des animations et activités ludiques sur la zone humide de Sainte-Anne-du-Portzic.

 

N'hésitez pas à nous passer un coup de téléphone au 02.98.01.05.45, ou nous envoyer un mail à volontaire-29nord@eau-et-rivieres.org pour nous prévenir de votre présence.

 

 

Dernières actualités du groupe d'éco-volontaires :


11.01.2020 - Troisième atelier

 

Pour le premier chantier de l'année de l'année 2020, ce sont 10 éco-volontaires qui se sont rassemblés pour un chantier participatif. De quoi bien avancé sur la zone !

 

Au programme : de la fauche de ronciers avec les outils à main, de débrouissaillge pour homogénéiser la haute de coupe et du bucheronnage afin de débiter un arbre.

 

DSC_0255_0.JPG

Simon, à l'oeuvre avec la tronçonneuse.

 

DSC_0244_0.JPG

La team fauche des ronciers en action.

 

C'est vers 16h30-45 que le chantier s'est terminé dans la bonne humeur et avec un temps stable tout du long.

 

DSC_0272_0.JPG

La traditionnelle photo de groupe de fin d'atelier : Elise, Julien, Quentin, Marin, Julie, Mathieu, Adeline, Simon, Kyllian et Julie - éco-volontaires du samedi 11 janvier.

 


20.12.2019 - Atelier bonus du mois de décembre

 

Pour le dernier rendez-vous de l'année, quelques éco-volontaires se sont retrouvés le temps d'un après-midi pour un atelier bonus. Afin de changer des travaux de gestion habituels, la thématique de cette session était de construire une catiche à loutre. 

 

Mais qu'est-ce qu'une catiche à loutre ? 

Il s'agit d'une sorte de petite cabane dans laquelle la loutre pourra (si elle est présente) venir trouver repos, voire même élever ses petits. Cela parait simple, mais il y a quelques règles à respecter... Il faut d'abord que ce soit dans un endroit calme, à l'abris des regards. Ensuite, la catiche doit être composée d'au moins deux chambres, et avoir deux entrées/sorties pour pouvoir s'échapper si nécessaire, l'une donnant sur la rivière et l'autre côté terre. Enfin, le toit doit être entièrement imperméable et faire en sorte que l'obscurité soit totale !

 

Exemple de plan de catiche à loutre - source : Groupe Mammalogique Breton

catiche_plan_0.PNG

 

 

C'est donc en sachant tout ça, que le groupe d'éco-volontaires s'est appliqué à la tâche pour respecter l'ensemble des critères. Une fois le lieu idéal trouvé, un petit nettoyage rapide des ronciers s'est imposé. Ensuite, il a fallu trouver le matériel nécessaire pour la construction des murs et du toit : des gros rondins de bois ainsi que des branches de saules et des feuilles mortes. Et pour terminer, l'étape de la construction.

 

construction_catiche_1.jpg

Les quelques étapes de la construction de la catiche par les éco-volontaires.

 

En bonus, voici quelques photos des éco-volontaires en pleine action :

 

DSC_0029_0.JPG

Mathieu et Benoit acheminant les rondins de bois.

 

DSC_0063_0.JPG

Auxane, Benoit et Mathieu préparant le toit de la catiche.

 

Ce fut pour tous, une belle journée (un peu pluvieuse...) de partage et l'occasion de faire un peu plus connaissances ! 

 

DSC_0072_0.JPG

La traditionnelle photo de groupe de fin d'atelier : Dorine, Mathieu, Julie, Auxane et Benoit - éco-volontaires du vendredi 20 décembre.

 


07.12.2019 - Deuxième chantier participatif plus que réussi

 

Cette fois ci ce sont pas moins de 14 éco-volontaires qui ont œuvré sur le site, afin de réduire un maximum les ronciers sur la zone en pratiquant une fauche manuelle avec faucilles, faux, serpes, etc. L'objectif de retrouver une prairie humide sur cet espace est en bonne voie !

 

DSC_0008_0.JPG

Quelques éco-volontaires en pleine action sur la zone.

 

Le fait d'avoir été aussi nombreux à permis de faire des roulements plus facilement, le temps de prendre des pauses, de prendre un peu de recul sur le chantier, et aussi de discuter tous ensemble afin de faire un peu plus connaissances.

 

DSC_0019_0.JPG

Blondie, Fanny, Mathieu, Hugo, Elise et Simon, six éco-volontaires de l'atelier du 7 décembre.

 

Le temps était plutôt sec, ce qui a permis au groupe d'avancer assez rapidement, et même d'avoir un peu chaud comme peut en témoigner certaines photos !

 

DSC_0011_0.JPG

Quelques tas de bois pour la microfaune et des arbres tétards pour les oiseaux.

 


09.11.2019 - Lancement de la saison 3 d'Incroyable Zone Humide

 

Un premier rendez-vous a eu lieu samedi 5 octobre, dont le but était de rencontrer les éco-volontaires et de faire un état des lieux de la zone pour préparer la session suivante. 

Le samedi 9 novembre a donc marqué le lancement de la troisième saison de l'opération Incroyable Zone Humide. Pour ce premier chantier participatif de l’année, l’objectif était de rouvrir la zone un maximum en s’attaquant aux ronciers qui ont colonisé la zone durant l'été. L’idée est de retrouver sur cet espace une pairie humide, pour une diversification des milieux et favoriser la biodiversité. 

 

DSC_0002_0.JPG

Petit aperçu des éco-volontaires en action sur la zone.

 

Pour ce premier chantier, ce sont 9 éco-volontaires très efficaces et motivés qui ont manié à la perfection faucilles, serpes et débroussailleuse pour enlever les ronciers d'une partie de la zone. Bravo à eux ! 

Malgré de fortes averses le matin, le temps a été avec nous durant l'après-midi, nous puisque nous avons eu de très rares averses et même quelques rayons de soleil. Vivement le prochain atelier !

DSC_0009_0.JPG

Elise, Auxane, Adeline, Benoit et Nils, cinq éco-volontaires de l'atelier du 9 novembre.

 


05.05.18 : Septième atelier

 

Un atelier un peu plus "tranquille" que les autres, la période (milieu du printemps) n'étant pas adaptée aux chantiers natures. Pas de coupe d'arbres ou de débroussaillage donc, nous nous sommes contentés de déplacer ronces et branches déjà coupés.

En parallèle, Simon s'est improvisé ingénieur en se lançant dans l'amélioration de la passerelle ; le résultat est plutôt intéressant !

 

 

Sur certaines zones que nous avons dégagées pendant l'année, de l'herbe a commencé à pousser naturellement. C'est encourageant,le but principal du projet étant de recréer une prairie humide : nos efforts n'auront pas été vain !

 

 


07.04.18 : Sixième atelier


Un atelier accès bûcheronnage puisque nous nous sommes attaqués à tous les arbres que nous avions fait tomber le mois dernier, et que nous avions laissé en plan faute de temps.
Au menu donc : débitage des troncs à la tronçonneuse, puis transport des bûches obtenu et des branches sur le bord du chemin. Les allers-retours dans la boue en portant des bûches … On regretterais (presque) d'être dans une zone humide !!

Des éco-volontaires motivé par le soleil (qui semble lui aussi ne pas vouloir louper le rdv du premier samedi du mois!) et très efficace, puisque nous avons réussit à tout dégager !

 

 

 

Nous avons eu la chance d’apercevoir une larve d'amphibiens (Salamandre ? Triton ?), et d'entendre les bruits caractéristique de pics (Vert ? Noir ?…). Une preuve que la vallée de St Anne est un espace naturel remarquable, et une bonne raison pour en prendre soin !

La station d'ail triquètre (une plante invasive, pour rappel) avait par endroit recommencé à pousser. Une volontaire s'est occupé de repasser pour enlever les repousses. On espère que cela suffira !

 


03.03.18 : Cinquième atelier

 

Une vague de froid en début mars ? Pas pour Incroyable Zone Humide ! Encore une fois, la météo nous aura été très clémente, du soleil et très peu de vent, de quoi mettre de bonne humeur les éco-volontaires présent !

Nous disposions pour cet atelier de 2 tronçonneuses, l'idée était de faire tomber la plupart des arbres avant leurs montée de sève. Une bonne partie de l'atelier fût donc axé sur du bûcheronnage. La partie "centrale" de la zone est devenu très humide du fait de la disparition des plantes (ronces notamment), arbres, et de nos aller et venue. Par endroit, il faut faire attention à ce que la boue ne dépasse pas les bottes !

Une petite station d'ail triquètre avait été repéré depuis quelques ateliers sur la zone. La méthode pour faire disparaître cette invasive (les espèces invasives étant une des causes principales de perte de biodiversité) est d'arracher les plants avant la production de graines, en début de floraison. Quelques fleurs ayant commencé à apparaître, il était temps d'enlever les plants. Nous les avons stocké dans un sac, avant de les exporter en déchetterie.

Quelques mètres plus loin, un arbuste de laurier palme (lui aussi un invasif), a observé l'opération avec appréhension, et pour cause : son tour viendra bientôt !

 


03.02.18 : Journée mondiale des zones humides 

 

Pour cette journée, le format habituel des ateliers a été un peu adapté. Le matin, élus et tecnhiciens de Brest Métrople, acteurs locaux et membres d'association étaient présents sur la zone humide de Sainte-Anne pour découvrir le projet. Les éco-volontaires n'étaient pas seuls à travailler puisqu'ils ont été rejoints par Dominique Tanguy et son boeuf "Figus" qui ont retiré plusieurs troncs d'arbres coupés au préalable. Aussi impressionnant qu'efficace !

 

2018.02.03-izh-traction-animale.jpg

 

Après une pause repas, le travail s'est pousuivi en plus petit comité sous une météo assez instable, mais pas suffisamment mauvaise pour décourager les éco-volontaires !

Grâce au travail effectué toute la journée et au soutien de Brest Métropole pour l'évacuation des tas de ronces et branches es ateliers prrécédents, la zone n'est plus du tout la même. L'espace est beaucoup plus dégagé, il est même possible d'en faire le tour (ou du moins en partie !), pour peu que l'on n'ait pas peur de s'enfoncer dans la boue !

 

Article du Télégramme

Article du Ouest-France

Article Côté Brest

 


06.01.18 : Troisième atelier

 

Beaucoup de chance pour les courageux éco-volontaires de ce premier atelier de l'année, puisque samedi fut la seule fenêtre météo favorable de la semaine, nous permettant d'éviter pluie et tempête ! Néanmoins le froid et la boue étaient, eux, bien présent : Un petit temps café / thé s'imposait pour se réchauffer avant d'attaquer !

 

2018.01.06-izh-ruisseau-portzic.jpg

 

A noter que l'association Télévision Générale Brestoise est venue tourner un reportage pour l'émission "On n'est pas des moutons", qui est diffusée sur la télé locale Tebeo une fois par mois. Les interviews sont effectuées par des jeunes bénévoles: autant dire que cela collait parfaitement avec le projet IZH, qui souhaite susciter un engagement associatif chez les jeunes adultes !

 

Comme nous disposions pour la première fois d'une tronçonneuse, une partie des volontaires a pu s'attaquer au bucheronnage durant cet atelier, et notamment à un arbre qui était couché au beau milieu de la zone : l'espace semble maintenant beaucoup plus ouvert !

Pour le bois que nous avons récupéré, une partie a été entreposé sur le bord de la zone en attendant un ramassage prochain (nous n'avons pas encore décidé exactement de ce que nous allons en faire). Une autre partie (des bûches) a été entassés pour créer des abris pour la faune.

 

2018.01.06-izh-bucheronnage-arbre.jpg               

 

Enfin, nous avons sélectionné certains morceaux pour tenter d'élaborer une passerelle. Nous avons notamment dû nous mettre à 5 nous aidant d'une corde pour réussir à positionner une section du tronc.

 

2018.01.06-izh-ebauche-passerelle.jpg

 

Par manque de temps elle est pour le moment loin d'être pratiquable et on a même imaginé qu'une tyrolienne ferait mieux l'affaire, affaire à suivre !

 

La réfléxion à propos des arbres têtards s'est poursuivi (quel arbres / en quel quantité ?), nous ne tarderont pas trop à prendre une décision puisque la coupe doit être effectué en hiver (moment ou l'arbre stock ses réserves dans ses racines). On a aussi causé du chantier de la journée mondiale des zones humide, le samedi 3 février prochain, dont l'ambition est d'accueillir 30 à 40 personnes sur la journée  !

 

En parallèle nous avons continué le débroussaillage. La zone centrale est maintenant quasiment débarrassé de tout ses ronciers.

 


16.12.17 : Deuxième atelier

 

Après une semaine très arosé, nous voici de retour sur une vallée de Sainte-Anne bien plus humide que lors de l'atelier précédent, mais pas encore assez pour que la boue nous empêche d'avancer ! Cela nous a en revanche permis d'observer des zones qui se gorgent plus que d'autres d'eau, et qui pourraient éventuellement être propice pour la création d'une petite marre.

 

Une partie des volontaires s'est attaqué à enlever le boisement mort pour pouvoir utiliser la débroussailleuse par la suite.

Malgrès un manque d'outils pratique pour le bucheronage, ils ont pu dégager une zone qui disparaissait sous un enchevêtrement d'arbre mort.

 


2.12.17 : Premier atelier !

 

Accompagnés d'une météo très clémente, et armés de nos serpes, gants, faucilles et autres débroussailleuses, nous nous sommes attaqués (après un café bien sûr !) au début du débroussaillage. L'énergie du groupe s'ajoutant au sol assez meuble (facile pour arracher les plantes !) ont fait que nous avons avancé assez efficacement : les ronces n'ont qu'à bien se tenir ! Un petit groupe a aussi pris le temps de dessiner sur un plan les caractéristiques de la zone.

Devant le constat que nous abimons les rives à chaque traversée du cours d'eau, il semble intéressant de construire assez rapidement une passerelle pour éviter ce soucis.

 

Enfin, le groupe s'est rassemblé autour d'une bière dans le bar de la maison blanche pour un petit temps de repos bien mérité !

 


23.11.2017 : Un point presse et quelques articles pour faire connaître le projet

 

Article du Télégramme

Article de Sept Jours à Brest (page 7)

Article du Ouest France

France Bleu : - Episode 1

                      - Episode 2

                      - Episode 3

 

18.11.2017 : Première sortie avec les éco-volontaires

 

Après un petit temps de rencontre autour d'un café, nous avons procédé à un balisage qui a servit de prétexte pour une ballade de long en large dans la zone. Il en est ressortit quelques idées, et surtout beaucoup de questions à propos du projet :

- effectuer des suivis faunistique avant le début du projet pour tenter d'évaluer l'impact du projet.

- créer des abris à chauve-souris.

- que fait on du bois et des débris végétaux que nous allons récupérer ? Peut (doit) on en laisser sur place pour créer des abris ?

- comment essayer de faire disparaître les ronces ?

- pour recréer une prairie humide, doit on couper tout les arbres (notamment les chênes ) ?

- où peut on installer une mare ?

- y a t-il des poissons, et les migrateurs peuvent-ils passer le busage et l'ouvrage hydraulique pour remonter la rivière ?

- peut on ramener ses amis pour qu'ils participent au projet, même ponctuellement (la réponse est OUI BIEN SÛR !) ?

D'autres sujets ont aussi été abordé : problématique des déchets, abeilles solitaires, rythme des ateliers … La réflexion est donc engagé, prochaine étape : le premier atelier qui aura lieu le 2 décembre !

Agenda

l m m j v s d
 
 
1
 
2
 
3
 
4
 
5
 
6
 
7
 
8
 
9
 
10
 
11
 
12
 
13
 
14
 
15
 
16
 
17
 
18
 
19
 
20
 
21
 
22
 
23
 
24
 
25
 
26
 
27
 
28
 
29
 
30
 
31